Comment faire comprendre aux petits garçons que les filles c’est pas « nul » ni « moins fort »

Lorsque mon aîné devait avoir deux ans, parmi ses livres, il y avait un imagier que nous lisions souvent. Un imagier Hello Kitty, qui décrivait les objets de tous les jours, à la façon d’un imagier classique. Mon mari avait bondi en disant que c’était pour les filles, alors que j’y voyais surtout un petit chat mignon et des couleurs vives qu’aiment les enfants. Les années passant, j’ai lutté pour ne pas acheter de super-héros ou de pistolets mais ses goûts se sont naturellement portés vers les chevaliers et d’autres figures guerrières. Depuis qu’il a trois ans, cet enfant n’a que très peu regardé la télévision, et seulement quelques dessins animés non violents et bon enfant. Je me sens obligé de donner des précisions pour la compréhension du sujet que je veux aborder.

Vers l’âge de quatre ans et demi, force est de constater que tout ce qui l’intéressait, c’était la guerre, la bagarre… Puis un peu plus tard, les Nerfs, ces armes qui tirent des flèches en mousse. Récemment, il faisait la moue dès qu’il voyait du rose ou l’ombre d’une princesse dans un livre. Jusqu’à ce matin où il me dit (puisque j’expliquais que les filles pouvaient courir aussi vite que les garçons), que non « les garçons et les filles, c’est pas pareil : les garçons aiment la guerre et le sang, les filles aiment l’amour et le mariage ». C’est à la fois assez drôle et normal d’entendre cela dans la bouche d’un petit garçon de six ans et demi, et en même temps tout à fait désespérant. Puisque nous n’avons rien fait de notre côté (maman et papa travaillent et papa est fortement porté sur le nettoyage et le rangement!), la société, les copains l’ont déjà conditionné pour qu’il soit capable de penser et d’affirmer que les filles, c’est moins fort.

Mettons nous bien d’accord : je ne tiens pas à le faire jouer à la Barbie, j’aimerais juste qu’il grandisse avec l’idée qu’une fille peut avoir les mêmes capacités qu’un garçon, physiquement et mentalement. Evidemment, les différentes représentations des femmes dans les livres et dans les jouets n’abondent pas dans mon sens. Chez les Sylvanian, un jouet plutôt neutre fait de petits animaux, le papa gère du barbecue tandis que les mamans s’occupent de la machine à laver.

Alors par où commencer ? Par la littérature me semble-t-il. Je suis allée à la librairie (chez Chantelivre et pas à la Fnac, précision importante !) pour y dénicher quelques histoires dans lesquelles les femmes sont fortes et contredisent ces a priori. Nous avons commencé (pour le plus petit âgé de 3 ans) avec Bonjour Pompier (Ecole des Loisirs), dans lequel le pompier est une « pompière », même si justement ce n’est pas là l’important de l’histoire. Dans version Bonjour Père Noël (sortie le 25 octobre) des mêmes auteur et illustrateur, le Père Noël termine déguisé en princesse, sans que cela n’apparaisse comme une bizarrerie. Pour les plus grands, j’ai trouvé La Princesse, le loup, le chevalier et le dragon (Acte Sud Junior) dans lequel une princesse bagarreuse refuse de se marier. Dans un autre genre, j’ai retrouvé le Jeanne d’Arc de mon enfance, celui de Boutet de Monvel, dont les illustrations m’ont fasciné longtemps. (On le trouve d’occasion sur plusieurs sites). Mes trouvailles sont minces, alors peut-être aurez vous d’autres ouvrages à me suggérer.

Sans discours féministe exagéré ou théorie du genre, peut-être serait il bon d’affirmer et d’expliquer, jour après jour, aux petits garçons, que les femmes aussi peuvent être policier, pompier, astronaute, chef d’entreprise ou marathoniennes !

Rendez-vous sur Hellocoton !



Il y a 4 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Fanny

    Je te comprends. J’ai exactement le même problème avec Leonard en ce moment. Et je suis un peu triste de voir comment les poncifs de notre société l’ont contaminé alors que je pensais justement l’élever dans l’égalité des sexes. Je vais regarder de plus près les livres pour lui montrer qu’il existe aussi des héroïnes.

    • marie

      hello Fanny n’hésite pas à partager si tu trouves des livres intéressants. je trouve le choix drôlement mince, les chevaliers continuent de sauver les princesses en détresse! biz

  2. Valentine

    Comme je vous comprends… ma fille a 3 ans 1/2 et nous sommes en plein dans les « Non ma puce, ce n’est pas parce que tu portes les cheveux courts que tu n’es pas une fille… » et les « Bien sûr que si que tu peux te déguiser en super-héros ! Ce n’est pas le monopole des garçons ! »…
    J’ai souvent du mal à mettre des mots d’enfant sur les réponses à ses grandes questions existentielles… et je suis parfois un peu désespérée de constater à quel point nous (parents, instituteurs, nounou,… bref, société d’adultes !) programmons nos enfants… Et pourtant, nous n’avons jamais été dans le rose bonbon et les histoires de princesses (sans les lui interdire… là encore, difficile équilibre)…
    Bref, pour la lecture, j’ai récemment découvert le site http://kaleidoscope.quebec/ : j’aime bien y chercher des idées pour ma Pépette et pour les cadeaux aux neveux (parce que ce n’est pas tout d’expliquer à ma fille qu’elle peut être forte et rapide, il faut aussi l’expliquer aux petits garçons qui l’entourent) ! 😉

    • marie

      en effet les petites filles aussi! j’étais très garçon enfant, j’ai préféré les voitures aux poupées sans que cela ne pose de problème, mais c’est souvent mieux accepté dans ce sens là! merci pour le site, je vais regarder. bonne journée :)


Répondre à marie Annuler la réponse.